Département Architecture Biskra

Forum des étudiants d'architecture de Biskra
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Expression nationale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
sel et sucre

avatar

Nombre de messages : 104
Age : 32
Localisation : biskra
Date d'inscription : 06/09/2008

MessageSujet: Expression nationale   Lun 20 Oct - 23:33

Expression nationale

La nature complexe de l'architecture canadienne au cours des années 20 et 30 est particulièrement évidente au Québec. Il est possible d'y rencontrer, dans sa forme la plus évidente, l'influence d'un autre thème des années de l'entre-deux guerres : le désir de nouvelles formes d'expression culturelle stimulé par des préoccupations sociales, religieuses, ethniques et nationales. Sans l'ombre d'un doute, l'architecte le plus marquant de la province est Ernest Cormier (1885-1980). L'oeuvre de Cormier, qui possède une formation d'ingénieur et d'architecte et qui a reçu son éducation tant à Paris qu'à Montréal, englobe l'art déco raffiné de sa propre demeure (Montréal, 1930), les hangars d'hydravions en mince voile de béton armé (Montréal, 1928) et les formes puissantes et étendues de son chef-d'oeuvre, l'U. de Montréal (1924-1943). Cet imposant campus domine le versant nord-ouest du Mont-Royal. Visible à des kilomètres à la ronde, sa masse sévère et rectiligne et son usage rationnel du verre et de la brique se combinent à un maniement sûr du détail et de l'ornement pour en faire un symbole puissant de la nature mouvante de la société québécoise.


Université de Montréal
Université de Montréal à Montréal, reconnu par ses contemporains comme le premier édifice moderne au Québec, réalisée par l'architecte Ernest Cormier; la construction a commencé en 1928 (Collection du Musée canadien d'architecture, à Montréal, droits d'auteur : Phyllis Lambert et Richard Paré).

Les formes de l'U. de Montréal semblent en équilibre entre la simplicité radicale du fonctionnalisme, mode qui dominera bientôt l'architecture canadienne, et le désir d'employer des matériaux d'une façon expressive, sinon abstraite, afin de produire un effet émotionnel. On peut également observer cette tendance expressionniste dans l'oeuvre de Dom Paul Bellot et ses disciples. Bellot, un moine belge, dont l'oeuvre peut être classée parmi les chefs-d'oeuvre de l'expressionnisme européen, est invité à donner une conférence à Montréal en 1934. Ses idées touchent une corde sensible chez les architectes catholiques à la recherche d'un langage architectural innovateur. En 1939, Bellot est nommé architecte à l'Oratoire Saint-Joseph, qui est achevé en tenant compte de ses recommandations, et se joint au groupe de design mis sur pied pour l'Abbaye de Saint-Benoît-du-Lac (Mansonville, Québec). Bellot stimule une école de design ecclésiastique dont un des premiers fruits est l'Église Sainte-Thérèse-de-Lisieux par Adrien Dufresne (Beauport, Québec, 1936).

Paradoxalement, alors que le Québec francophone compte sur une culture moderne émergente pour y puiser son inspiration au cours des années 20 et 30, les anglophones de la province se concentrent sur l'examen et la redécouverte du passé préindustriel du Québec. Stimulés par les peintures d'artistes tels que Clarence GAGNON et encouragés par les architectes-spécialistes Percy NOBBS et Ramsay TRAQUAIR de l'U. McGill, un grand nombre d'architectes du Québec parmi les plus à la mode empruntent la construction en pierre des champs et les toits à pignon de la maison québécoise traditionnelle dans la réalisation d'un style régionaliste domestique.


Saint-Benoît-du-Lac, vue intérieure

C'est la manifestation canadienne du « régionalisme » à l'échelle du continent dans le design domestique, mais l'intérêt et la mode pour les formes historiques du Québec font partie d'un courant nationaliste plus imposant qui influence l'architecture canadienne de cette époque. À l'extérieur du Québec, le défenseur le plus marquant d'une architecture ouvertement canadienne est l'architecte de Toronto John Lyle. Dans une série d'articles et de réalisations, Lyle explore les possibilités d'une iconographie décorative canadienne (Bibliothèque Runnymede, Toronto, 1929; Banque de la Nouvelle-Écosse, Halifax, 1930).

Dans d'autres régions du pays, et plus particulièrement dans les Prairies nouvellement colonisées, une architecture de folklore de formes adaptées et transposées commence déjà à prendre forme et se traduit, entre autres, par une oeuvre de charme et de vigueur allant de l'humble au monumental (l'Église de l'Immaculée-Conception, Cook's Creek, Manitoba, 1930, père RUH, 1924-1925).

_________________

............. La création est un plaisir en marche...................
.............................................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dezeen.com
 
Expression nationale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ovni militaire, base, secret défense, sécurité nationale
» pb d'interprétation du sujet d'expression écrite
» Très bonne Fête nationale à tous!
» Expression de la volonté du peuple (intro)
» D'ou vient l'expression pomme d'Adam

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Département Architecture Biskra :: Cours et recherches :: Cours et recherches-
Sauter vers: